Actualités
Retro Classic Typewriter From Circa 1950s With Sheet Of Paper On Wooden Desk Front Aquamarine Wall Background. Vintage Old Style Filtered Photo

Stop au consensus mou !

 

 

Comment se fait-il qu’un groupe de personnes si intelligentes en arrive parfois à prendre des décisions si stupides ? Et par stupides, j’entends couteuses pour l’entreprise, couteuses pour l’homme, parfois même fatales…

Des chercheurs intéressés par la question ont recueilli des données ; des neuroscientifiques et des psychologues les ont analysées, ils arrivent tous à la même conclusion :  l’intelligence individuelle n’a rien à voir avec l’intelligence collective et la dynamique humaine.  Une fois en groupe, on perd vite son indépendance, ce n’est pas toujours évident de faire un pas de côté, d’oser mettre en cause les idées reçues, la décision d’un patron, un plan d’action que l’on est en train de dérouler.

 

La machine est en marche, alors on continue et on s’enfonce sur un mauvais chemin, chacun dans son rôle :

Le meneur d’équipe devant ; fier de son rang et grisé par son pouvoir, il fonce !

Le bon soldat vient juste derrière, « je suis là chef, tu peux compter sur moi ! »

– Ensuite vient le mec sympa, celui qui veut juste que ça se passe bien, sans tension, sans heurt

– A côté de lui, le politique, il n’est pas fou, il ne va pas questionner le patron, ça pourrait lui coûter sa place !

– Et puis celui qui manque de confiance en lui, il n’aimerait pas que l’on le challenge, jamais il n’oserait challenger les autres

– Quant à celui qui vient d’arriver, surtout pas de vagues, il n’a qu’une idée en tête, être accepté et ne faire de l’ombre à personne !

 

La petite armée s’avance tout droit… mais droit dans le mur !

 

Rien de plus ravageur que le consensus mou. Il peut entraîner la désintégration d’une navette spatiale, comme Challenger en Janvier 1986. La décision du lancement a été prise à l’unanimité silencieuse. Un groupe d’ingénieurs, hautement qualifiés et expérimentés allait changer le cours de l’histoire. Plusieurs souhaitaient pourtant différer le lancement ; ils avaient des doutes sur la fiabilité des joints des fusées d’appoint, ceux à l’origine de l’accident. Ces joints avaient été conçus dans l’Utah, un État qui ne connaît pas de températures négatives, pas sûr qu’ils tiennent le coup en Floride par un jour de grand froid et de gel. Mais quand le responsable de la Nasa qui présidait la réunion, demanda si quelqu’un avait des objections à faire sur le lancement, un grand silence envahit la salle. 73 secondes après son lancement, la navette se désintégra en vol, coûtant la vie aux 7 astronautes à bord.

 

Cette histoire, et tant d’autres, doivent nous faire réfléchir. Quelle est la qualité de notre prise de décision ? N’aurions-nous pas intérêt à ouvrir le débat, à changer de posture et surtout de « mindset » (d’état d’esprit ?). La seule vraie sagesse est de savoir que vous ne savez rien, disait Socrates !

 

Et si, au lieu de considérer le questionnement comme une marque d’ignorance, on le voyait comme la plus grande marque d’intelligence ?

Et si, au lieu de poser des questions fermées, celles auxquelles nous avons déjà la réponse, notre réponse, on apprenait à formuler des questions ouvertes, celles qui font réfléchir « autrement » ?

 

Les bienfaits du questionnement ouvert sont innombrables :

L’intelligence collective monte puissance 10 !

Les idées fusent, la créativité rentre en scène.

Les relations se transforment : de supérieur/inférieur (je sais tout, tu ne sais rien) on passe à égal/égal (personne ne sait tout, on est tous égaux, réfléchissons ensemble).

On se détend, on arrête de marquer des points, le dialogue s’installe, l’écoute s’affine.

De nouvelles idées émergent, et tout d’un coup, c’est le déclic, Quelle super bonne idée, mais pourquoi n’y a-t-on pas pensé avant ?

 

Il est temps de suivre le conseil d’Einstein, « N’écoutez pas la personne qui a les réponses, écoutez la personne qui a les questions. »

 

 

  • Le regard des associées Corinne Martin, Claire Baran, Béatrice Binard et Lucie Lauras prennent la parole et vous donnent leur regard sur des thématiques d’entreprise.
  • Nos clins d'oeil Le fonctionnement humain à travers des lunettes décalées et humoristiques.